Masque cross ou enduro : comment bien choisir un écran de remplacement

Un doute sur le changement de l’écran de votre masque ? Suivez ces quelques conseils.
Un doute sur le changement de l’écran de votre masque ? Suivez ces quelques conseils.

Cassé, déformé ou rayé ? C’est le moment de changer l’écran de vos lunettes cross ou de votre masque enduro.

Quelques conseils OH MOTOS pour le choix de votre écran cross ou enduro :

À la fois transparents et résistants, les écrans des masques cross ou enduro doivent résister aussi bien aux impacts de pierre qu’aux chocs lors d’une chute. Ce n’est pas un achat à prendre à la légère, car l’écran modifie votre perception du relief et votre champ de vision.

Il existe différentes catégories d’écrans ayant chacune leurs spécificités :

Écran clair : Adapté aux utilisations les plus courantes.
L’écran livré de série avec votre masque est le plus souvent clair pour satisfaire la majorité des utilisateurs ; il est généralement traité anti-UV et souvent anti-buée.

Écran fumé : Un repos pour vos yeux.
C’est l’équivalent de vos lunettes de soleil. Il filtre une partie de la luminosité ambiante sans dégrader les couleurs, limitant la fatigue pour vos yeux. De quoi rester concentré un peu plus longtemps. Il existe différents degrés de fumage afin de mieux s’adapter à votre environnement et au degré d’ensoleillement.

Écran photochromique : L’idéal pour passer de l’ombre à la lumière.
L’écran photosensible offre la meilleure réponse lorsque vous traversez des zones ombragées. Il se fume automatiquement en fonction de l’intensité lumineuse extérieure. Plus l’environnement est lumineux, plus il est foncé, et inversement ! Généralement vous le trouvez sous l’appellation « light sensitive »

Écran polarisé : Ne soyez plus ébloui.
Surtout utilisé dans le domaine des sports d’hiver, le verre polarisé élimine une bonne partie de la lumière réfléchie. Il permet d’avoir un meilleur aperçu des reliefs : fini les ornières traitreuses avec un masque équipé de ce type d’écran.

Écran teinté : A chacun sa couleur.
La couleur de l’écran de vos lunettes cross n’est pas un choix « fashion » mais bien un style lié au terrain : l’orangé optimise les contrastes sur l’herbe ou sous un beau ciel bleu, le jaune accentue les reliefs en conditions de faible luminosité (brouillard, etc.) et le bleu s’utilise dans les conditions hivernales, en cas de faible ensoleillement.

Écran double : La lutte anti-buée.
Souvent traités anti-buée, les écrans peinent parfois à être vraiment performants en la matière. Les écrans doubles sont comme le double vitrage d’une fenêtre et offre un isolant entre l’intérieur de l’extérieur. L’écran intérieur étant à bonne température, cela évite de condenser l’humidité et aucune buée ne se forme. Il existe aussi des écrans doubles teintés et iridium.

En résumé :

Bien choisir la couleur en fonction du temps :

  • 0 : Écran transparent : transmet 80 à 100 % de la luminosité (tout temps et de nuit)
  • 1 : Écran clair (jaune, orange) : transmet 43 à 80 % de la luminosité (mauvais temps)
  • 2 : Écran teinte intermédiaire (bleu, rouge) : transmet entre 18 et 43 % (tout temps)
  • 3 : Écran foncé (gris) : transmet entre 8 et 18 % de la lumière (grand soleil)

Par temps froid et ou pluvieux : privilégier les doubles écrans avec la teinte de votre choix

Les protections pour votre écran : le plus à ne pas oublier

Avant toute chose, reste la question : les tear-offs sont-ils interdits ou autorisés ?

Les films de protection jetables, aussi appelés tears-offs, ont été interdits sur les compétitions du Championnat de France des Sables car n’étant pas récupérés, ils généraient une pollution environnementale. Ils ont donc cédé leur place au Roll-Off. Le Tear-off reste en revanche parfaitement autorisé sur circuit.
Cette protection d’écran est l’élément du masque cross grâce auquel vous pouvez conserver une vision toujours claire. Il s’agit d’une feuille de plastique, en Lexan ou polycarbonate, qui s’adapte à la marque et à la gamme de masque cross ou de lunettes enduro que vous utilisée. Il est possible de mettre plusieurs tear-offs à la fois afin de garder une visibilité optimale durant toute la course.

Petit conseil : lorsque les conditions climatiques sont mauvaises, préférez les tear-offs laminés qui sont collés entre eux pour éviter les infiltrations d’eau et de boue.

Pour le système Roll-off, l’écran comprend des boîtiers latéraux reliés par un film qui s’étire donc le long de l’écran et qui permettent de renouveler ce dernier lorsqu’il se salit en tirant un cordon ou en appuyant sur un bouton. Ce système très efficace reste vulnérable aux chocs. Le Roll-off est également plus cher à l’achat qu’un tear-off mais est plus économique à l’utilisation et surtout plus écologique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.